Dernières études en intelligence économique publiées par l'école de guerre économiques

Stratégies d’influences autour des ressources minières dans l’Est de la République Démocratique du Congo

vendredi, 06 février 2015, Imprimer

Stratégies d’influences autour des ressources minières dans l’Est de la République Démocratique du Congo

Télécharger l'étude intelligence économiqueDeuxième pays le plus vaste d’Afrique et pays le plus peuplé du continent, la République Démocratique du Congo est souvent perçue comme un pays ravagé par des années de guerres tant civiles que régionales. La RDC figure au rang des pays les plus pauvres du monde. Cependant, cette pauvreté contraste et pose question face à l’immense richesse dont dispose le pays sous forme de ressources naturelles et matières premières précieuses.

Caractérisées par leur abondance et leur diversité, ces seules ressources minières placent le pays à la tête des réserves mondiales de minerais. En effet, la République démocratique du Congo est traversée par la « Copper Belt » ou ceinture du Cuivre. Cette zone d’Afrique centrale qui s’étend du nord de la Zambie au Sud de la République démocratique du Congo dans la province du Katanga recèlerait, selon les estimations, 10% des réserves mondiales de cuivre. Associé à l’exploitation du Cuivre, le cobalt est également présent en abondance dans cette partie de la RDC avec des réserves estimées à 3400000 tonnes. Le coltan, minerais stratégique pour l’industrie électronique et télécommunication est présent essentiellement dans l’est du pays dans les provinces instables du Nord et Sud Kivu ainsi qu’au Rwanda et Burundi. Les réserves estimées de cette zone d’Afrique centrale représenteraient 9% des réserves mondiales.

Ces réserves représentent un atout économique essentiel pour le pays et une opportunité de développement à plus ou moins court terme. Cependant, les conflits persistants et les intérêts régionaux sur la zone handicapent fortement toute exploration minière. Par ailleurs, les récurrentes atteintes aux droits de l’homme dont Kinshasa a été accusée durant les conflits de ces dernières décennies ainsi que le passé colonial du pays font encore de la République Démocratique du Congo un pays « sensible », avec lequel les puissances occidentales hésitent encore parfois coopérer ouvertement. Malgré cette «mauvaise réputation », la République démocratique du Congo et ses richesses minières ont été pendant des décennies la chasse gardée des occidentaux notamment belges et de personnalités tels que l’Israélien Dan Gertler.

Ainsi, dans le contexte de compétition mondiale pour les matières premières, la République démocratique du Congo semble avoir les atouts pour se positionner comme un pays producteur de minerais. Ces ressources minières apparaissent comme l’un des leviers principaux pour le décollage économique du pays. L’émergence de nouvelle puissances économiques telles que la Chine et l’Inde conduit à une tension sur le marché des matières premières. En effet, afin de soutenir leur forte croissance économique ces deux nouveaux acteurs ont un besoin important en matières premières qui les conduit à chercher de nouvelles sources d’approvisionnement. La main mise occidentale sur les principales zones productrices telles que le Chili pour le Cuivre, contraint ces acteurs à se tourner vers des pays secondaires dont les capacités d’exploitation n’ont pas atteint leur maximum. A ce titre, la République démocratique du Congo est le centre de ces intérêts. Ce pays et particulièrement les provinces du Katanga, Nord et Sud Kivu apparaissent comme une zone de confrontation d’intérêts économiques et géopolitiques à la fois régionaux et internationaux entre pays développés et pays émergents.

Social Bookmarks

Manuel d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Les partenaires intelligence économique de l'EGE