Dernières études en intelligence économique publiées par l'école de guerre économiques

La guerre des ondes

vendredi, 04 janvier 2013, Imprimer

La guerre des ondes

Cette étude porte sur la déstabilisation des antennes relais des opérateurs téléphoniques par des associations de la société civile. Elle met l’accent sur les enjeux cachés de cette guerre de l’information qui oppose l’Europe et les Etats-Unis sur l’exploitation commerciale d’Internet. Elle souligne aussi les doutes qui peuvent être émis sur la pertinence du rapport américain qui sert d’appui aux théories des détracteurs.

L’Internet devient un enjeu stratégique et diplomatique mondial, sous domination américaine. Les Etats-Unis contrôlent Internet depuis sa création dans les années 1990. Leur suprématie sur sa gouvernance est aujourd’hui contestée, notamment par l’Union Européenne. Or, les Etats-Unis considèrent Internet comme un domaine stratégique et ils ne semblent pas enclins dans les années qui viennent à partager leur pouvoir.

Les puissances émergentes comme la Chine et la Russie envisagent sérieusement de créer des alternatives indépendantes à Internet. Si cela est techniquement possible, l’interopérabilité du réseau, qui est sa principale force, serait compromise.
Les initiatives de ce type tendent à forcer les Etats-Unis à ouvrir les standards d’Internet. Elles illustrent l’importance de leur maîtrise, qui constitue de fortes barrières à l’entrée. Internet va évoluer vers un modèle où tous les objets seront communiquant (par exemple téléphones, télévisions, objets courants, automobiles). Pour y parvenir, les standards existant seront étendus pour couvrir le nouveau périmètre. Les Etats-Unis doivent faire évoluer la gestion de l'architecture du réseau, des infrastructures et des technologies tout en conservant leur suprématie dans un monde qui comptera 2,3 milliards d'internautes en 2013.

Le combat se déporte vers la téléphonie mobile,
où l’Europe demeure leader mais s’avère menacée

La téléphonie mobile influencera très fortement le futur d’Internet. Les usages évoluent en même temps que les terminaux. Les opérateurs téléphoniques, qui font face à une saturation de leurs abonnés, cherchent des relais de croissance et prennent conscience de cette opportunité. Le nombre d'utilisateurs d'Internet mobile devrait passer de 577 millions en 2008 à 1,7 milliard en 2012 dans le monde. D'ici 2014, près de 40% des Européens utiliseront l'Internet sur mobile. Les entreprises utilisatrices (biens de consommation, banques, compagnies aériennes, groupes média, distribution, services de santé) adoptent le media mobile pour leur relation client. Le décollage de la technologie les invite à investir dans une stratégie mobile. Il est également primordial pour les industriels et les opérateurs d'anticiper les changements importants qui se passeront dans les années à venir. Si Internet est américain, le téléphone mobile est encore sous domination européenne, depuis le développement des réseaux de seconde génération, pour lesquels la norme européenne GSM s’est imposée dans le monde dans les années 80 et 90 face à la norme américaine CDMA. Pour la 3G, le combat fut déjà plus serré. Du côté européen, l'UMTS a succédé à partir de 2000 au GSM.
Du côté américain, la nouvelle norme est la CDMA2000. Refusant de n'utiliser que les standards 3G occidentaux, Pékin a encouragé depuis le début des années 2000 la création d'une norme "chinoise", baptisée TD-SCDMA.

Social Bookmarks

Manuel d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Les partenaires intelligence économique de l'EGE